Devenir notaire en Belgique

Officier public désigné par Sa Majesté, le notaire est un juriste de profession. Sa mission consiste à éviter les conflits en mettant au clair les accords entre les personnes sollicitant son aide. Cette profession demande de longues années de formation. Ce métier requiert également un certain nombre de qualités.

La formation pour être notaire

Le métier de notaire est ouvert à tous ceux qui ont les qualités requises. Cette profession demande beaucoup de patience. En plus des 5 années de droit, il va falloir suivre un long stage d’au moins 36 mois. Au bout de cette période, le candidat passe l’examen final. La réussite à cette épreuve lui permet de décrocher son titre de manière officielle. Les titulaires du baccalauréat de l’enseignement général sont conviés à parcourir le cursus.

D’ailleurs, il faudra suivre des études juridiques jusqu’au master 2 pour pouvoir intégrer le statut de stagiaire en notariat. La profession demande une grande polyvalence. L’apprenant doit maîtriser différentes matières, en l’occurrence le droit. Un sens de la communication est requis pour le métier. Les candidats ont intérêt à bien connaître la fiscalité, la comptabilité ainsi que la gestion. Toutes ces compétences sont exigées pour donner satisfaction aux multiples sollicitations de la clientèle. Cette dernière se compose de particuliers et d’entreprises de droit belge ou autre.

Les attributions de l’officier public en Belgique

Loin d’être de tout repos, le métier du notaire à Bruxelles est pluridisciplinaire. Cet expert en droit jour le rôle du conseiller. Il s’assure à ce que les contrats respectent la législation. Souvent, il doit prendre le temps d’expliquer aux parties concernées les responsabilités que l’entente entraîne. L’acte notarié engage l’officier public. Il porte garant de sa légalité. Puis, des tâches telles que la certification de signature lui incombent. Ce spécialiste du domaine juridique ne se contente pas de donner des recommandations.

Il peut s’impliquer dans la négociation immobilière et mettre à l’épreuve sa fibre commerciale. Parfois, les clients lui confient la gestion de leur patrimoine. Cela demande des qualités de fins investisseurs. Il faut s’occuper de biens locatifs, fonds de placement ou d’autres formes de richesse. La prévention des conflits se trouve au cœur de ce métier. Les talents de négociateurs sont indispensables pour celui qui souhaite le pratiquer.

D’autres détails à connaître sur le métier

Les trois années de stage obligatoire du candidat-notaire sont souvent bien rémunérées. Ce qui permet de se préparer pour une vie active assez tôt. Les apprenants qui ont fait leur master 2 de droit en France sont éligibles pour intégrer les établissements qui forment des officiers publics. Cependant, il faudra réussir à l’examen final. Cette épreuve est strictement gérée par le ministère de tutelle. Une commission évalue même les postulants.

Parmi de nombreux candidats, seuls 90 vont se voir attribuer le titre de notaire. Une fois arrivé sur le secteur, le juriste engage des clercs. Ce sont des collaborateurs issus de différentes disciplines. Leurs contributions vont davantage affuter les compétences du cabinet. Tout le monde est tenu au secret professionnel. En ce qui concerne la rémunération, le montant varie entre 1800 et 8000 euros par mois selon la notoriété.