France : La route vers un secteur de la construction à faible émission de carbone d’ici 2050 sera longue

Dans la foulée de l’accord de Paris sur le climat, la France s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 75 % d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 1990. Pour contribuer à la réalisation de cet objectif ambitieux et dans le cadre de sa stratégie de transition énergétique, la France souhaite réduire sa consommation finale d’énergie de 50 % par rapport à 2012 d’ici 2050. Le secteur du bâtiment résidentiel et non résidentiel représente actuellement 45 % de la consommation finale d’énergie, 60 % de la consommation de chauffage et 27 % des émissions de gaz à effet de serre du pays.

La réduction de la consommation d’énergie dans ce secteur est donc une stratégie clé pour atteindre des objectifs énergétiques et climatiques ambitieux à moyen et long terme, tels que la neutralité carbone du parc immobilier d’ici 2050.

Face à ce potentiel d’économies d’énergie, les gouvernements français du passé ont mis en œuvre un certain nombre de politiques, considérées comme parmi les plus complètes et les plus efficaces au monde.

Faibles performances en matière de rénovation malgré des objectifs ambitieux

En avril 2018, le gouvernement français a lancé le « Plan de rénovation énergétique des bâtiments ». Ce plan prévoit la rénovation thermique d’environ 500 000 logements par an (dont la moitié devrait cibler les ménages pauvres en combustible), mais il ne précise pas le niveau requis de performance énergétique. Par exemple, en 2014, 3,5 millions de rénovations ont été réalisées en France, mais 41 % d’entre elles ont été des rénovations dites légères, pour lesquelles une seule mesure visant à améliorer la performance thermique du bâtiment a été mise en œuvre. Moins de 10 % de ces rénovations peuvent être considérées comme des rénovations thermiques (c.-à-d. avec au moins 45 % d’économies d’énergie). Il est clair que si ce niveau de performance est maintenu, la France n’atteindra pas la neutralité carbone prévue pour le parc immobilier d’ici 2050.

Comment réaliser au mieux une rénovation thermique en profondeur

Le plan prévoit en outre des subventions pour promouvoir des rénovations thermiques étape par étape, qui devraient permettre des économies d’énergie initiales rapides. Une majorité (environ 55%) des experts français du marché de l’énergie estiment que le gouvernement devrait soutenir de telles mesures par étapes. Environ 30 % ne sont pas d’accord et 15 % ne savent pas. Étant donné que la mise en œuvre d’une mesure à la fois implique des coûts d’investissement initial inférieurs à ceux d’une approche plus globale en une seule étape, une approche par étapes peut plus facilement surmonter les contraintes financières des investisseurs. En effet, le gouvernement français souhaite dynamiser ce marché et renouveler son processus de communication pour rendre la rénovation plus attractive et abordable. Dans l’hypothèse où chaque bâtiment pourrait atteindre la norme nZEB en trois étapes successives (sur la base d’un passeport de rénovation énergétique du bâtiment, le Passeport efficacité énergétique, le gouvernement prévoit d’atteindre l’objectif de décarbonisation de l’ensemble du parc immobilier d’ici 2050.

Toutefois, la mise en œuvre séquentielle des mesures peut ne pas être optimale et entraîner des coûts plus élevés. Par exemple, un nouveau système de chauffage peut s’avérer trop grand après une isolation thermique ultérieure des murs, plafonds et fenêtres. Enfin, une approche progressive peut entraîner plus d’inconfort et de perturbations pour les ménages qu’une approche en une seule étape. Récemment, des initiatives novatrices ont été lancées pour surmonter l’obstacle des coûts d’investissement initiaux élevés d’une rénovation en profondeur en une seule étape.

Malgré sa place sur le podium du classement politique de l’ACEEE, d’autres initiatives de ce type semblent nécessaires si la France veut atteindre ses objectifs énergétiques et climatiques à moyen et long terme dans le secteur du bâtiment et au-delà.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *